LES TROUPEAUX INVITES

LA GALLOWAY
Une robuste écossaise

La Galloway appartient aux plus anciennes des races robustes de la planète. On trouve la première citation historique de ce bovin dans un texte de Livius (284-204 a. jc).

Le nom de cette race provient de " Gallovid " ou Gaul. Ce sont les autochtones du royaume de Galloway. Avant d'être réuni au royaume d'Ecosse en 1160, ce dernier comprenait six comtés situés dans le Lowland écossais (basses terres) : Dumfries, Lanark, Renfew, Ayr, Kircudbright,, Wigtown..

En 1851, un incendie du Highland Agricultural Museum à Edimburgh a détruit tous les documents historiques et le pedigree de la Galloway. En1878, la société des éleveurs de Galloway de Grande-Bretagne édita son propre volume de pedigree. Depuis, la Galloway a été promise à des exportations sans cesse croissantes, principalement aux Etats-Unis et au Canada. Elle est présente dans 23 pays et sur tous les continents.

En Suisse, quelques animaux de cette race ont été importés en 1982 déjà. Mais le premier troupeau ne date que de 1994. La Swiss Galloway society est née en 1996, année où l'on comptait 24 exploitations Herdbook

Longs poils

La caractéristique la plus visible de la Galloway est son manteau noir à poils longs. Ce pelage a deux fonctions. Les longs poils protègent du vent et de la pluie, alors que la partie qui ressemble à une fourrure protège des insolations et garantit l'imperméabilité. Il existe aussi des pelages Dun (d'un beige argenté), blancs et rouges.

Contrairement à la Highland, sa sœur écossaise qui se distingue par une encornure imposante, la Galloway est naturellement sans corne.

La vache mesure de 115 à 125 cm au garrot, et le taureau 10 cm de plus. La vache pèse de 450 à 600 kg et le taureau de 600 à 800 kg. .

Un animal docile et pacifique

Capable de survivre dans des pâturages pauvres allant jusqu'à la broussaille, la Galloway supporte de rester toute l'année en plein air. Les veaux naissent sans problème en liberté et tirent le lait de leur mère. La Galloway est toute désignée pour un élevage extensif et l'entretien de zones de protection naturelle.

L'historien Hecto Boece (1570) qualifie la viande de Galloway de " Absolument délicieuse et tendre ". En 1573, Ortelius, un autre historien, la juge lui aussi " tendre, douce et juteuse ".  Cette réputation subsiste et la viande de Galloway, d'un rouge cerise, reste hautement appréciée.

Même si son rendement ne peut pas être comparé aux autres races à viande, la Galloway a une place intéressante. Elle peut conquérir le marché des viandes diététiques et la clientèle amateur d'un produit sain au goût racé