LES TROUPEAUX INVITES

LA NORMANDE
Une descendante de bovins vikings

Dans son fameux « livre de la vache », Alain Raveneau présume que la Normande serait la descendante de bovins amenés par les Vikings, au IX-Xe siècle. D'abord connue sous le nom de Cotentine, elle regroupe d'anciennes variétés locales telles que la Cauchoise, la Brayonne, l'Augeronne et la Mayennaise. Le herd-book date de 1883.

De grande taille, avec 1,40 m au garrot, la Normande a des cornes blanches en croissant, recourbées vers l'avant. Sa robe est « tricolore », avec des panachures fauve bringé et blanc. La tête est blanche avec des
« lunettes » autour des yeux et du mufle. La vache pèse de 7000 à 800 kg et le taureau de 1000 à 1200 kg.

La première insémination artificielle

En 1946, la première vache inséminée artificiellement sera une Normande. Dans les années soixante, cette race a été menacée par le raz-de-marée des Prim'Holstein. Dès 1984, elle paiera un lourd
tribut aux quotas laitiers.

La Normande n'en reste pas moins l'une des premières grandes races mixtes au monde. Selon I'UPRA Normande, elle démontre qu'en matière de production laitière, les races à potentiel lait/viande équilibré peuvent apporter des avantages supplémentaires par rapport aux races laitières spécialisées.

Sa rusticité, sa facilité de vêlage et de conduite, son aptitude à transformer de façon économique les fourrages grossiers, lui permettent de s'adapter à tous les climats et toutes les altitudes.

De longue date dans de nombreux pays

Présente des Ardennes aux Pyrénées, des zones arides aux zones tropicales humides, et solidement implantée en Amérique Latine, la race Normande a démontré ses capacités d'adaptation. Elle s'est implantée depuis plus de 100 ans au Brésil, en Equateur, au Paraguay, en Uruguay, au Vénézuela et en Colombie où l'on en compte pas moins de 2 millions d'unités.

La France compte encore 1,2 million de Normandes réparties dans 40 départements. La race se développe aussi en Europe, particulièrement en Belgique, en Grande-Bretagne et en Irlande, mais on la trouve encore aux Etats-Unis, à Madagascar, au Mexique et bientôt au Japon.

Un lait dont on fait le camembert

La richesse en protéines fromageables du lait de la Normande lui assure une supériorité sur la majorité des races laitières. Et la moyenne des lactations par vache dépasse les 6000 kg. Du point de vue laitier, le camembert et le beurre d'Isigny sont ses meilleures cartes de visite.

Les qualités gustatives de la viande de race Normande sont exceptionnelles grâce à sa tendreté, son persillé et sa saveur: un atout que reconnaissent maintenant les abatteurs et certains distributeurs. En effet, une Filière Qualité Race Normande (F.Q.R.N.) vient de se mettre en place pour identifier la viande du producteur jusqu'au consommateur et rémunérer les éleveurs en conséquence.